technique de vente additionnelle

Technique de Vente Additionnelle : 4 astuces pour vendre PLUS !

 
Vous aimez ? Partagez :

Vous cherchez un moyen simple et efficace de développer facilement votre chiffre d’affaires ? Vous avez déjà entendu parler de la vente additionnelle. Mais vous vous demandez ce que c’est au juste ? Vous vous demandez comment faire en pratique pour vendre davantage sans agresser le client et sans passer pour un marchand de tapis ? Vous voulez savoir quelles techniques de vente permettent de réaliser des ventes additionnelles ?

Cet article vous dévoile l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur les techniques de ventes additionnelles !

 

La vente additionnelle, kézako ?

Expliquée simplement, une vente additionnelle, c’est une vente que vous réalisez (auprès du même client) en plus de la vente principale ; et ce, séance tenante la plupart du temps.

Ses avantages sont plus qu’évidents : plus de chiffres d’affaires et donc plus d’argent pour l’entreprise, et un meilleur retour sur l’investissement fait pour acquérir le client. Mais quel est le meilleur moment pour la faire ?

Le meilleur moment, c’est… au moment de la vente principale ou de préférence juste après. Pourquoi ? Parce que votre client venant juste d’acheter un produit chez vous, il est psychologiquement embarqué dans une dynamique d’achat. Il est dit « engagé » et cherche ce qu’il pourrait s’offrir en plus pour aller plus loin, mieux profiter de son achat ou le complémenter pour une meilleure expérience d’achat…

 

Exemple de ventes additionnelles :

  • la coque de protection avec votre Smartphone,
  • la fixation sur le casque ou le poignet pour votre GoPro,
  • Une carte mémoire HD pour votre caméscope,
  • Le supplément popcorn à 1€ avec votre place de cinéma,
  • Etc.

 

Cette dynamique d’achat est un véritable levier de développement des ventes principalement basées sur la nature humaine ! Et si vous y prêtez attention, vous le remarquerez chez vous également.

Rappelez-vous votre dernière sortie, votre dernier achat sur Internet… lorsque vous avez sorti le porte-monnaie ou la carte bleue pour régler, il n’a jamais été aussi facile d’effectuer un second achat. Pourquoi ?

Parce que le processus psychologique est derrière vous, vous avez déjà pris la décision d’acheter une fois. Les dés sont jetés. Le deuxième achat vous permet même de conforter et de justifier le premier dans certains cas. Et la nature humaine aime « la cohérence » !

Tout ce que le vendeur a à faire quand nous sommes embarqués dans une dynamique d’achat, c’est de nous donner un petit coup de pouce. Comment ? Tout est dans la préparation et ensuite dans la technique de vente utilisée !

 

Le préalable indispensable à une vente additionnelle

Avant de réussir une vente additionnelle, il vous faut préparer le terrain…

Tout d’abord, commencez par vous entourer de produits qui sont indispensables à l’utilisation du produit principal ou qui en sont complémentaires. On va les appeler produits additionnels !

Par exemple, vous venez de vous acheter une voiture. Mais elle ne fonctionne pas toute seule : il lui faut de l’essence, de l’huile à moteur, de l’huile de boîte à vitesse, etc.

Un autre exemple ? Vous venez de vous acheter une robe. Il faut des chaussures qui vont avec, des bijoux qui vont avec, etc.

 

Les questions à vous poser, pour vous entourer de bons produits additionnels, sont :

  • Quels produits sont indispensables à l’utilisation de mon produit principal ?
  • Quels produits sont complémentaires à l’utilisation de mon produit principal ?

 

Maintenant, sachez que les produits indispensables à l’utilisation du produit principal se vendent beaucoup plus facilement que les produits complémentaires. Pourquoi ?

Parce qu’une fois le produit principal payé, le client se dit qu’il est obligé d’acheter le produit indispensable à l’utilisation du produit principal. Donc autant le faire chez vous… C’est cette pensée qui fait toute la différence !

Par exemple, si vous achetez une machine à café, il vous faut des dosettes ou du café soluble. Si vous prenez un appareil photo, il vous faut une carte mémoire, etc.

Dans le cas du produit complémentaire, le client peut en avoir envie. Mais il sait qu’il peut s’en passer.

Pour faire la différence entre un produit complémentaire et un produit indispensable à l’utilisation du produit principal, revoyez les exemples ci-dessus. L’essence, l’huile à moteur sont indispensables au fonctionnement d’une voiture. Mais les boucles d’oreilles ne sont pas indispensables au port d’une robe. Elles sont plutôt complémentaires.

 

Une fois que vous avez trouvé les bons produits additionnels, découvrez les techniques pour réaliser des ventes additionnelles en toute simplicité…

 

 

Technique de vente additionnelle : la remise sur le prix du produit additionnel

Montrez à votre client qu’il fait une bonne affaire en achetant le produit additionnel. Pour cela, usez de cette technique de vente : offrez à votre client 10% ou 20% de réduction sur le 3e achat, proposez 3 produits pour le prix de 2, etc.

Dites-lui ce qu’il paierait s’il devait acheter le produit additionnel dans un autre contexte. Parlez-lui de ce qu’il va économiser en achetant tout de suite. Dites-lui que vous lui offrez cette remise parce qu’il vient de vous acheter votre produit principal. Faites en sorte qu’il perçoive immédiatement le bénéfice : le gain / l’économie réalisée !

Mais attention, cette technique commerciale ne fonctionne que si la remise sur le prix est réelle !

Une variante à la technique de 3 produits pour le prix de 2, c’est de dire « Je vous fais un cadeau si vous achetez 2 exemplaires de… ».  En pratique, c’est la même chose. Mais si « 3 pour le prix de 2 » fait penser à une réduction, « Un cadeau si vous en achetez 2 » fait penser à un… cadeau ; et les êtres humains adorent recevoir des cadeaux. vous le savez !

 

2e méthode de ventes additionnelles : faites des packages

Combinez d’avance produit principal et produits additionnels. Puis, proposez un prix d’ensemble. Veillez à ce que ce prix d’ensemble soit moins élevé que le prix de chaque article pris séparément.

  • Le 1er avantage en utilisant cette technique de vente, c’est de donner l’impression de facilité au client : « Plus besoin de vous déranger à chercher des produits qui vont avec le produit principal. Ils sont déjà là. Tout ce que vous avez à faire, c’est de vous les procurer ».
  • Le 2e avantage, c’est d’éviter que le prix du package ne soit trop négocié. Exemple : « Monsieur Richard, pris séparément, ces 2 produits vous coûteraient au total 1000 euros. Mais aujourd’hui, parce qu’ils font partie du package, ils ne vous coûtent que 900 euros. Vous bénéficiez donc d’une réduction immédiate de 100 euros ».

Après un tel argumentaire de vente, beaucoup de clients hésiteront à négocier vos offres commerciales ; ce qu’ils auraient tendance à faire si le produit additionnel n’était pas en package avec le produit principal. Ils auraient une tendance naturelle à penser et demander : « J’achète plusieurs produits chez vous. Faites-moi une réduction sur celui-là ».

 

Mais le danger à utiliser les packages comme technique commerciale, c’est le risque de se tromper dans le choix des produits additionnels dont le client a besoin. Faites donc attention ! Sélectionnez les bons et faites des tests… mesurez les résultats !

Pour cela, rien de plus simple : posez-vous les questions déjà évoquées au début de cet article.

 

3e technique de ventes additionnelles : informez le client des produits additionnels

C’est de cette technique que se servent les magasins et boutiques pour vendre plus. À la caisse, ils placent des produits à implication financière faible. Des produits à achat d’impulsion.

Dans leurs rayons, ils placent les produits de façon à en suggérer l’achat au client. Par exemple, dans un prêt-à-porter pour hommes, les chemises pourraient se trouver en haut du rayon, les pantalons au milieu, les cravates se trouveront près des chemises ; et les chaussures tout en bas.

C’est ainsi que vous les disposez sur votre corps ; et une fois que vous voyez cela dans un magasin, cela peut vous faire penser au fait que vous avez besoin d’un nouveau pantalon, d’une nouvelle paire de chaussures, en complément de votre chemise, etc.

Le merchandising a donc un rôle prépondérant dans la vente de produits additionnels !

 

Lorsque vous faites vos courses en grandes surfaces, vous retrouverez en tête de gondole du rayon alcools ou boissons gazeuses des chips et autres apéritifs salés. Sinon vous les retrouverez directement en cross merchandising ou dans des box présents au sol en extension de rayon, afin que votre regard se porte naturellement dessus, et vous fasse penser qu’un paquet de chips serait le complément idéal à votre boisson. Et vous parviendrez au même constat dans tous les univers du magasin, y compris dans les zones promotionnelles (entrée de magasin et allée centrale).

Juste à côté de votre produit en promotion – que vous veniez chercher, car vous l’avez vu à -50% sur catalogue – vous retrouverez un produit complémentaire sans réduction. Vous le payerez plein pot. Cette technique de vente additionnelle permet de facilement doubler ou tripler le chiffre d’affaires d’une opération commerciale, ou d’un rayon…

 

Si vous ne vendez pas en magasin ou en boutique, il vous suffit simplement d’informer vos clients que vous proposez des produits additionnels. Par exemple, Amazon, Cdiscount, La Fnac vous proposent systématiquement des produits complémentaires avant, pendant l’achat ou après l’achat de votre produit. Parfois, il s’agit simplement d’une mention informative « Les utilisateurs ayant achetés ce produit ont également sélectionné le produit Y … »

Un cabinet de formation informera le client qu’il fait également du coaching en complément de ses formations pour accompagner le client post formation ; et c’est une excellente façon de faire des ventes additionnelles. Pourquoi ? Parce que si le client apprécie ses séminaires de formation, il serait peu probable qu’il envoie ses collaborateurs se faire coacher ailleurs.

Le coaching devant porter sur le même sujet que le séminaire de formation et le contenu des formations variant d’un cabinet à l’autre, le client préférera le faire réaliser par le cabinet qui a dispensé la formation. D’autre part, ce client n’avait peut-être même pas envisagé un accompagnement pour faire suivre son personnel sur la durée. Le simple fait de le proposer peut déclencher la vente !

 

4e astuce pour faire des ventes additionnelles : pratiquez l’écoute active

On l’oublie souvent. Mais c’est en écoutant activement ses clients qu’on parvient à détecter leurs différents besoins, à les ramener à la surface, et à leur proposer des solutions adaptées. C’est l’une des meilleures techniques commerciales qui soient.

N’ayez pas peur de découvrir les besoins de vos clients. Même si vous ne vendez pas tous les produits qui vont le satisfaire, vous pouvez toujours trouver un partenaire commercial qui le fait, puis négocier vos commissions en tant qu’apporteur d’affaires. L’important, c’est la satisfaction de votre client, et la confiance qu’il va placer en vous et en votre capacité à répondre efficacement à ses besoins.

 

Voilà plusieurs techniques pour réaliser des ventes additionnelles et développer votre chiffre d’affaires. Lesquelles sont déjà adaptées à votre cas ? Lesquelles pouvez-vous adapter à votre cas ? Avez-vous déjà fait des ventes additionnelles par le passé ? Partagez votre expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous.

Quelques articles complémentaires :

 

3 réponses
  1. Lionel Goffin
    Lionel Goffin dit :

    Bjr Victor,
    Dans mon secteur d’activité, la vente additionnelle est possible.
    Par exemple vendre l’isolation des combles en plus du traitement de la charpente. Mais là, on parle en milliers d’€uros. Souvent nous préférons essayer de vendre ce complément une fois le premier chantier commencé, en proposant une remise intéressante. Sinon, on a pu observer de fâcheuses annulations dans le délai Scrivener.

    Répondre
    • Victor Cabrera
      Victor Cabrera dit :

      Bonjour Lionel,
      Merci pour ce commentaire qui confirme bien que des ventes additionnelles sont possibles dans bien des secteurs d’activité.
      Effectivement, dans ce cas précis la réglementation (loi Scrivener) et la barrière budgétaire peuvent rentrer en ligne de compte.
      Mais encore une fois, attention aux a priori, c’est à tester et à mesurer! Car c’est le CA global qui sera seul juge de la meilleure stratégie. On peut très bien se retrouver à réaliser plus de CA avec moins de clients (après avoir enlevé les annulations) en adoptant la vente additionnelle de manière systématique dans son processus de vente.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *