Traitement des objections

Comment transformer les objections clients en opportunités ?

 
Vous aimez ? Partagez :

Vous avez du mal avec le traitement des objections dans la vente ? Dans cet article, je vais partager avec vous comment traiter les objections commerciales efficacement. Cette technique de vente est transposable à tout type d’objections…

Traitement des objections clients : LA METHODE

En règle générale, le traitement des objections intervient pendant ou après votre argumentation commerciale. Mais il n’y a aucune règle en la matière… c’est votre interlocuteur qui décide en fonction de ses préoccupations et des freins potentiels qu’il perçoit !

Mais rassurez-vous, l’objection n’est pas une fin en soi : il est d’ailleurs coutume de dire que la vente commence quand le client dit NON !

Le traitement des objections commerciales est une étape de l’entretien commercial ayant pour but d’apporter des réponses claires et précises aux questions et préoccupations de votre interlocuteur pour le rassurer et/ou l’aider à prendre en compte l’ensemble des critères importants dans sa décision d’achat.

L’objectif de cette phase, au-delà de conclure la vente, est de renforcer la qualité de la relation client et de saisir des éventuelles opportunités business liées aux besoins complémentaires (parfois cachés) du client !

Car il faut bien comprendre que la nature humaine poussent nos prospects et clients à exprimer en priorité des problèmes et des préoccupations plutôt que des attentes ou des besoins. Et croyez moi, il n’y a rien de grave, nous sommes tous comme ça 😉

Dans la plupart des cas, vos clients seront prêts à avancer avec vous si vous êtes en mesure de les comprendre et d’apporter des réponses à leurs interrogations et aux problèmes potentiels qu’ils perçoivent dans l’acte d’achat…


« Faire ses preuves, c’est survivre aux épreuves. »
Abraham Lincoln


Voici au travers 5 étapes, l’une des techniques de vente que j’ai apprise et appliquée durant des années sur le terrain, et que je vous recommande pour traiter en profondeur les objections commerciales :

 

1 – Se mettre en posture d’Acceptation

Cette étape est un état d’esprit, il s’agit d’accepter que l’objection fasse partie intégrante de la relation commerciale.

Il faut comprendre que dans le processus de réflexion et de décision de votre interlocuteur il est tout à fait normal d’avoir des questions et des préoccupations en lien avec ses attentes et ses besoins.

Cette posture démontre à votre interlocuteur que vous faites l’effort de comprendre ses problématiques sans tomber dans le piège de la justification ou de la surenchère. Malheureusement 90% des vendeurs échouent à ce stade en brûlant cette étape…

 

2 – Découvrir la nature de l’objection

Vous devez comprendre et identifier précisément quelle est la nature de l’objection exprimée par votre interlocuteur en posant des questions.

Vous pouvez utiliser les techniques de questionnement (questions ouvertes / fermées / alternatives) ainsi que les relances de la même manière que durant votre recueil d’informations en phase de découverte (cliquez ici pour en savoir plus sur le recueil d’informations).

L’ objection commerciale exprimée étant rarement précise, prenez le temps de la comprendre pour y répondre efficacement. Cela évite de partir directement en justification et de braquer votre interlocuteur.

Vous devez lui permettre d’exprimer et de clarifier ce qui le préoccupe (ce qui se cache derrière le point bloquant) afin de trouver ensuite des solutions commerciales adaptées à son contexte.

L’objection commerciale non sincère et non fondée

Ces objections commerciales sont également appelées « objection fausse barbe« . Elles ne correspondent pas réellement à des préoccupations. Il s’agit en quelque sorte d’un alibi pour ne pas conclure la vente.

Si tel est le cas vous pouvez vérifier votre analyse de la situation en verrouillant avec une question fermée du type : « Si je résous ce problème, êtes vous d’accord avec ma proposition ? ».

Si la réponse est non, vous ne pouvez pas traiter le problème, car il s’agit d’une fausse barbe. Vous devrez creuser plus profondément pour trouver la vraie raison…

C’est également le cas pour bon nombre d’objections prix du type « c’est cher » ou « c’est trop cher« .

(voir comment faire pour répondre ici >>)

Les objections sincères et fondées

  • Le doute : votre interlocuteur n’est pas encore totalement convaincu de votre offre commerciale. Cela met en cause les caractéristiques, avantages et bénéfices exposées lors de votre argumentation commerciale.

=> Essayez de creuser et de comprendre pourquoi le client doute à la suite de votre argumentation.

  • L’objection réelle : le client exprime un besoin auquel vous ne pouvez pas répondre (prix, délai, fonctionnalité, ressource…). A titre informatif, une objection réelle est souvent liée à l’avantage exclusif d’un de vos concurrents.

=> Vous devez comprendre et identifier précisément quel est le besoin que vous ne pouvez pas satisfaire et son niveau d’importance pour le client.

Même lorsque vous pensez avoir identifié la nature du problème, il est important d’en avoir une parfaite compréhension avant d’y répondre. Donc n’hésitez pas à bien verrouiller en reformulant les propos de votre interlocuteur avant d’attaquer le traitement des objections commerciales.

 

3 – Faire preuve d’Empathie

Montrez à votre interlocuteur que vous faites l’effort de comprendre sa situation et son point de vue. Cela permet à votre client de percevoir une volonté sincère de votre part de comprendre ses freins, ses interrogations, et de l’aider à atteindre ses objectifs, combler ses désirs, réaliser ses rêves…

Par contre, il ne faut pas tomber dans le piège consistant à se laisser influencer par le point de vue de votre interlocuteur et admettre qu’il existe des problèmes avec vos produits ou services. Pour ce faire, évitez les tournures du type « vous avez raison » et privilégiez « je comprends votre point de vue, il est légitime de se poser des questions à ce sujet ».

 

4 – Répondre spécifiquement à l’objection détectée

Il s’agit ici de faire du chirurgical et non d’apporter une réponse bateau. C’est l’étape la plus importante du traitement des objections commerciales. Vous devez apporter à votre interlocuteur LA RÉPONSE à ses préoccupations, tant sur le fond que sur la forme.

Voyons comment faire au cas par cas…

Technique de vente en cas de DOUTE

Rassurez votre interlocuteur avec un élément de preuve approprié, c’est-à-dire une preuve en cohérence avec le doute exprimé. Il s’agit en général d’éléments factuels (indicateurs, résultats d’études, données chiffrées, références, témoignages clients, etc.).

A vous de trouver au sein de votre boite à outils commerciale (voir un outil pratique : le CAP SONCAS >>), ou de reprendre un élément clé de votre argumentaire de vente qui soit en mesure de RASSURER et convaincre votre interlocuteur sur votre capacité à satisfaire ses besoins.

Mais surtout, ne refaite pas la liste exhaustive des caractéristiques, avantages et bénéfices de votre produit ou service à travers le listing des 188 arguments de votre produit ! Encore une fois, je le répète, faites du chirurgical avec une seule preuve appropriée. Soyez pertinent et percutant 😉

Vous serez beaucoup plus efficace et démontrerez ainsi votre compréhension de LA PRÉOCCUPATION de votre interlocuteur.

Technique de vente en cas d’OBJECTION RÉELLE

Il faut effectuer dans un premier temps ce que l’on appelle une transition, c’est-à-dire déplacer la discussion au-delà du point qui génère la préoccupation: la fameuse objection ! Ensuite, réalisez la balance, c’est-à-dire démontrez en quoi tout ou partie de votre offre commerciale répond à d’autres besoins ou motivations du client et en quoi ces besoins ou désirs auxquels vous répondez sont au moins aussi importants que le point auquel vous ne répondez pas !

Pour ce faire, vous devez bien sûr avoir recueilli au préalable dans la phase de découverte tous les besoins de votre interlocuteur ainsi que leur niveau d’importance.

Et un conseil, soyez précis et factuel en additionnant dans la balance en priorité les besoins auxquels vous répondez par des avantages exclusifs (avantages concurrentiels = vous êtes le seul à proposer ça !).

En faisant la balance, vous aidez votre interlocuteur à prendre en compte tous les éléments d’une prise de décision au delà de l’objection. Mais au final, la balance doit pencher du côté de votre offre si vous souhaitez emporter l’adhésion du client et obtenir un OUI lors du closing.

traitement des objections

 

5 – Valider l’accord

Je vous invite à vérifier que les réponses apportées aux objections commerciales soient comprises et acceptées par votre prospect / client. Pour ce faire, vous pouvez formuler une synthèse en 1 ou 2 phrases afin que votre interlocuteur puisse exprimer s’il est rassuré, convaincu ou non.

C’est l’occasion pour vous de verrouiller l’acceptation de vos solutions commerciales à ses préoccupations. C’est pourquoi votre synthèse doit obligatoirement se terminer par une question qui va engager le client (en savoir plus sur la théorie de l’engagement ici >>).

Si la réponse est positive, félicitations : the job is done 😉

Si ce n’est pas le cas, posez des questions pour savoir pourquoi ?

  • En cas de doute : si votre interlocuteur rejette la preuve, vous pouvez présenter une autre preuve plus percutante, ou bien demandez lui quelle preuve serait susceptible de le convaincre (vous êtes sûr de viser dans le mille ce coup-ci).
  • En cas d’objection réelle : votre balance n’est pas assez attractive pour le client. Vous devez ajouter du poids dans la balance en augmentant la valeur perçue de votre offre commerciale de manière à la rendre irrésistible. Ajoutez un petit plus qui ne vous coûte pas grand-chose et qui ait beaucoup de valeur à ses yeux (échantillon d’un autre produit, livraison gratuite, extension de garantie, remise sur une prochaine commande, etc.)

De cette manière, vous êtes sûr de transformer les objections commerciales en opportunité business et de conclure la vente dans 95% des cas. Pour les 5% restants il ne s’agit plus d’une vente, mais d’une négociation (Cliquez ici pour découvrir comment mener une négociation efficace >>).

Pour être encore plus efficace, je vous livre une dernière astuce : anticipez toutes les objections susceptibles de tomber dans votre préparation de vente pour avoir le temps de travailler sur des réponses construites et pertinentes qui vont réellement convaincre votre client de passer à l’achat ! Avec le temps, vous aurez sous la main un véritable outil d’aide à la vente pour lever n’importe quelle objection potentielle.

 

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour réaliser plus de ventes au quotidien en suivant ces conseils. Cependant, la vente reste une savante combinaison de connaissances, d’entrainement et d’amélioration continue des techniques de vente. Vous n’avez peut-être pas le temps d’apporter des réponses concrètes et de tester leur impact sur le terrain. La bonne nouvelle: j’ai déjà réalisé ce travail pour vous!

Donc si vous souhaitez prendre un raccourci commercial, découvrir, apprendre et appliquer directement les meilleures techniques commerciales de traitement des objections que j’ai personnellement testées – avec des réponses prêtes à l’emploi avec un minimum d’adaptation sur les 42 objections les plus fréquentes dans la vente – découvrez tout de suite la formation ci-dessous…

 

Découvrez enfin comment vaincre TOUTES les objections >>

 

traitement des objections PDF
2 réponses
  1. Ahmadou Bamba Niane
    Ahmadou Bamba Niane dit :

    Bonjour
    Je suis agent commercial dans une société de promotion immobilière et ma mission c’est d’aller chercher des clients qui ont besoins d’appartements ou villas. En fait je voudrais quelques techniques qui vont me permettre d’être plus efficace pour la vente de ces villas et appartements.
    Merci

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *